الثلاثاء، 25 مارس، 2014

LES FILMS SENSIBLES



LES FILMS SENSIBLES

I- Structure
Le film est constitué d'une couche de protection, de cristaux d'halogénure d'argent incorporés à la gélatine, de matière plastique transparente, couche anti-halo.

1- Couche anti-abrasion: Protection de l'émulsion contre les égratignures.
2- L'émulsion: L'émulsion est composée de grains de bromure d'argent et de gélatine collés au support avec une colle transparente. La grosseur des grains de bromure d'argent déterminera la sensibilité du film. Plus le grain est gros plus sensible est l'émulsion.
3- La couche adhésive : c’est une couche très mince, qui assure la bonne fixation de la couche d’émulsion au support.
4- Support: Le support est en acétate de cellulose, ce qui permet de l'enrouler facilement.
5- La couche anti-halo: Prévient la formation de <halos> causés par une réflexion de la lumière sur le support.

II- la couche photosensible
1-Définition :
Émulsion photographique: est une dispersion d’halogénure de sels d'argent de petites taille, en suspension dans la gélatine, ils sont plus ou moins sensibles à la lumière par rapport à leur grosseur, (les sels plus gros sont plus sensibles que les plus petits).
On incorpore à l'émulsion des sensibilisants aux couleurs car les sels d'argent sont beaucoup plus sensibles à la lumière bleue.

2- Composition :
Le chlore, le brome, l’iode combiné à l’argent forment des sels appelés halogénures d’argent, on obtient chlorure d’argent, bromure d’argent, iodure d’argent. Ses sels ont trois propriétés essentielles :
  • La sensibilité à la lumière,
  • Après l’exposition à la lumière, ils se transforment en argent métallique à l’aide d’un révélateur en forment ainsi une image latente.
  • Les sels qui ne sont pas insolés se transforment en substances solubles par le fixateur et lavés à l’eau.

3- Préparation de l’émulsion :
L’halogénure d’argent est obtenu dans la gélatine liquide et tiède, par la combinaison du nitrate d’argent et le bromure de potassium la réaction chimique donne le bromure d’argent et le nitrate de potassium.
AgNo3 + KBr ---------AgBr + KNo3

La première maturation consiste à réunir les petits cristaux d’HA, sous l’effet de la chaleur ils deviennent plus gros.

La deuxième maturation est réalisée pour ajouter d’autres substances chimiques à l’émulsion :
  • Des sensibilisateurs qui augmentent la sensibilité;
  • Des stabilisateurs qui assurent les mêmes propriétés de l’émulsion pour une longue durée ;
  • Des conservateurs qui protégent le gélatine contre les micro-organismes.
A la fin on obtient une émulsion tiède qu’on étale sur un support, après le séchage on a un film photographique.

III – Les caractéristiques de l’émulsion :
1 La rapidité.
C'est une des caractéristiques très importantes qu'il faut connaître pour déterminer les réglages de l'appareil selon l'éclairement du sujet.
Pour exprimer la rapidité d'un film, une norme a été établie par les fabriquant : la norme ISO Dans ce système, la rapidité d'un film double en même temps que le nombre qui l'exprime. Exemple : un film de 100 ISO et deux fois plus sensible qu'un film de 50 ISO.
On distingue deux types d’émulsion
  • Emulsion lente : ces cristaux réagissent lentement à l’exposition, donc elle a besoin de plus de lumière pour donner un noircissement désiré ;
  • Emulsion rapide : ces cristaux réagissent rapidement à l’exposition, donc elle a besoin de moins de lumière pour donner un noircissement désiré ;

2 Le grain et le pouvoir résolvant.
Les cristaux de sels d'argent photosensibles - une fois impressionnés et développés- donnent naissance à une image formée de grains d'argent métalliques. Les films comportant de gros cristaux - ce qui concerne donc les films très sensibles - donneront une image plus granuleuse qu'un film, plus lent, contenant de petits cristaux. C'est ce qu'on appelle "le grain".
Bien entendu, un film photo ne peut enregistrer un détail du sujet plus petit que ceux des grains d'argent qui forment cette image. De ce fait, un film lent comportant de petits cristaux donnera un meilleur pouvoir résolvant (définition) qu'un film plus rapide.

3 Sensibilité chromatique.
C’est la sensibilité de l’émulsion en fonction des différentes longueurs d’ondes qui composent la lumière qu’elle reçoit, elle dépend de sensibilisateurs qui sont ajouté au cours de la 2émé maturation.
  • Film non chromatisé : sont fabriqués avec des émulsions ordinaires, sans sensibilisateurs. Les HA sont sensibles au UV et bleu, ils sont utilisés pour les travaux au trait.
  • Film orthochromatique : sont fabriqués avec des émulsions où on ajouter des sensibilisateurs pour élargir leur sensibilité V, bleu et vert. Utilisé en reproduction des images en noir et blanc, au trait ou tramé.
  • Film panchromatique : sensible à toute l'étendue du spectre visible (bleu - vert - rouge). Ils se traitent en obscurité totale. Utilisé en reproduction des images en couleur.
  • Film scanner : sensible à la source de laser d’insolation utilisée.
  • Film du jour : sensible uniquement à UV, manipulé à a lumière ambiante.

4 Contraste de l'émulsion.
Un film négatif noir & blanc reproduit donc un sujet en une image noire et blanche et en demi-teintes. Plus de nombre de demi-teintes - donc de gris - est élevé, moins le contraste du film est important. Et inversement.
De manière générale, les films lents (peu sensibles) sont plus contrastés que les films rapides.

IV- Traitement des surfaces sensibles
Tous les cristaux d’halogénure d’argent qui composent l’émulsion d’un film et qui ont été neutralisés durant l’exposition sont porteurs des germes d’image latente.

Image latente : Image produite sur la pellicule photographique au moment de l'exposition.
C'est l'image captée par le support photographique qui résulte en un changement physique des sels d'argent.
Ag + (ion d’argent) _____lumière ________Ag ( atome d’argent)



Processus de développement :
1- Révélateur : Processus chimique basique qui fait apparaître les sels d'argent qui ont été exposés à la lumière. Les sels ayant reçus de la lumière vont apparaître noir sur le film. Les sels n'ayant pas été exposés ne se développent pas.

2- Bain d'arrêt: Processus chimique acide qui arrête l'effet du révélateur sur les sels d'argent. Le lavage à l'eau courante peut suffire.

3- Fixateur: Processus chimique acide qui fixe les sels d'argent qui ont été développés par le révélateur. Cette étape dissout aussi les sels d'argent qui n'ont pas été exposés. Avant le lavage, le film est plongé dans un bain dont l'agent actif est un thiosulfate (ancien nom : hyposulfite) qui a pour rôle de dissoudre les sels d'argent non développés. Pour cette étape, le film n'a plus besoin de rester dans le noir (au moins à la fin du traitement). Après lavage et séchage le film est prêt à être tiré.
La durée de conservation des épreuves ou pellicules photographiques insolées dépend en grande partie de l'efficacité du fixage. Cette opération permet d'éliminer, le plus complètement possible, les sels d'argent en les transformant en sels solubles dans l'eau (ce qui implique par conséquent un rinçage efficace en complément du fixage).
Lorsque le fixage est incomplet, on observe au fil du temps l'apparition d'un voile jaunâtre dû à la réaction de la lumière ou de certains gaz sur les halogénures d'argent. Si le fixage est totalement absent, le film ou le papier devient progressivement totalement noir et opaque.

4- Lavage: Cette étape nettoie le film des sels d'argent non exposés et des résidus de produits chimiques.

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق