الثلاثاء، 25 مارس، 2014

LA COPIE OFFSET


LA COPIE OFFSET



La copie offset appelé aussi Report est l’opération de transfert de l’image à imprimer pour constituer la forme imprimante plano graphique.


I- LES CRITERES DE REPRODUCTION
  1. Documents à copier :
  • les documents au trait : ce sont des documents réalisés en noir et blanc c’est à dire ne présentant aucune teinte de gris ou de dégradé entre le noir et le blanc, le trait est reproduit au format souhaité par l’intermédiaire d’un appareil photographique, on réalise n négatif, les endroits présentant des défauts sont retouches, puis on réalise un positif.
  • Documents demi teinte : ce sont des documents obtenus par tramage qui permet, une variation des teintes allant du ton le plus léger jusqu’à l’aplat le plus chargé, cette variation est obtenu par l’opération du tramage, une trame est un ensemble de points plus ou moins gros et plus ou moins rapprochés, ce qui donne une gamme de gris entre le blanc et le noir.
La linéature indique le nombre de lignes par cm dans une direction.
Le moirage indique une différence d’écartement entre les centres des points de deux trames superposées.

  1. Qualité des films :
Une bonne copie réside dans la qualité des films et des montages à partir des quelles elle sera effectuée.
En positifs ou en négatifs, les éléments de base doivent présenter des opacités et des transparences bien nettes, sans défauts ni rayures car tout serait reporté sur la plaque.
En copie positive, une insuffisance des transparences ne laisse pas passer la lumière, des parties dans la surface non imprimante deviennent insolubles dans le révélateur et prennent l’encre lors de l’impression, donc création d’un voile de fond.
En copie négative, les causes des défauts sont inversées.

  1. Qualité de la lumière :
Les sources lumineuses du châssis doivent avoir une température de couleur (intensité) adaptée aux surfaces photosensibles utilisées dans les divers étapes de la photogravure (films, épreuves, plaques), il est important de contrôler régulièrement la qualité de la source lumineuse afin d’éviter de travailler avec des temps d’exposition faussés par une perte d’intensité. La quantité (ou flux lumineux) devra égale sur toute la surface couverte par l’éclairage, quelque soit l’appareil utilisé.

  1. Bain de développement :
Le révélateur est une solution alcaline chimique qui comprend :
  • Un développateur
  • Un accélérateur un conservateur
  • Un antivoile
Le révélateur agit toujours sur la zone non imprimante d’une plaque, il la fait dissoudre, il y a des révélateurs conçus pour les plaques positives et d’autres pour les plaques négatives, selon son concentration, le révélateur doit être préparer en suivant les instructions du constructeur,
Les révélateurs des fabricants sont différents, chaque composition du révélateur est en fonction de la couche sensible de la plaque, de son support et de son mode de développement, donc on parle de système de traitement.
Le temps du développement et la température des bains peuvent influencer sur le grainage de la plaque par une corrosion donc sur son hydrophile.
Le révélateur s’oxyde très vite à cause de l’oxygène se trouvant en solution ou en surface, sa couleur change, donc on doit le changer après un certain nombre de plaques développées.

  1. Qualité de la plaque :
Pour obtenir un bon résultat lors de la copie il faut :
    • Eviter les empreintes des doigts
    • Ne pas laisser la plaque trop exposer à la lumière du jour
    • Conserver la plaque dans un endroit sec et froid
    • Bien emballer les plaques pour les protéger de la lumière blanche, de l’humidité et de la poussière.
Il faut aussi différencier entre une plaque :
  • Monométallique et polymètallique
  • Positive et négative
  • Avec couche diazoïque et photopolymère

  1. Le temps d’exposition :
La qualité de la copie offset a une relation directe avec le choix du temps d’exposition, ce choix dépend de plusieurs facteurs :
  • Type du châssis d’insolation
  • Type de la couche photosensible utilisée
  • Type du travail à copier
  • Concentration du révélateur
  • Vieillissement de la source.
  1. LES ETAPES DE PREPARATION D’UNE PLAQUE MONOMETALLIQUE

Pour qu’une laque soit prête à l’impression, elle doit passer par les étapes suivantes :

A- INSOLATION :
Le but de l’insolation est de faire apparaître les zones imprimantes et les zones non-imprimantes de la plaque, cette plaque est insolée couche contre couche, sur les parties non recouvertes par le noircissement c.-à-d. qui recevront la lumière la couche sensible est modifiée par l’action de l’UV, elle sera donc détruite, le processus chimique de l’insolation se traduit par une coloration de la plaque à l’endroit où la lumière a eu accès, les parties protégées par l’opacité du film restent intactes.

Détermination du temps d’exposition :
Deux méthodes sont utilisées pour chercher le temps de pose idéal.

Méthode de masquage :
Sur un support on colle des positifs de différents caractères, on le pose sur la plaque et on place au-dessus un masque, on insole partie par partie en déplaçant le masque, Ainsi chaque bande est exposée à un temps différent de l’autre, on développe la plaque et on la sèche.
Le temps de pose idéal est celui qui donne une reproduction fidèle à l’original surtout pour la trame et le texte maigre.
Utilisation de la gamme de gris
Sur chacune une des trois plaques on place un positif et une gamme de gris, on insole l’une après l’autre à des temps différents.

POUR UNE PLAQUE POSITIVE :
UNE SOUS-EXPOSITON PROVOQUE UN ELARGISSMENT DU CARACTERE
UNE SUR-EXPOSITOIN PROVOQUE UN AFFAIBLISSEMENT DU CARACTERE
B- DEVELOPPEMENT :

Après l’insolation la plaque sera développée par une solution chimique appelée REVELATEUR.
Dans le cas d’une plaque positive les parties non-imprimantes insolées seront dissoutes et disparaîtront au développement.
Dans le cas d’une plaque négative les parties non-imprimantes protégées de la lumière seront dissoutes et disparaîtront au développement.

Développement manuel :
    • Placer la plaque dans un bac propre est sec ;
    • Verser une quantité de la solution déjà préparer sur la plaque et la faire repartir sur toute la surface avec un tampon ;
    • Racler la plaque, verser une autre fois le produit pour éliminer complètement la couche ;
    • Rincer à l’eau pour arrêter l’action du révélateur.

Développement automatique :
Les machines à développer des plaques assurent non seulement un gain de temps mais permettent une parfaite régularité du traitement, elles assurent en un seul passage de la plaque le développement, le rinçage le gommage et le séchage.
C- CORRECTION :
Après le développement on trouve sur la plaque des points de poussière, des contours des films qui influencent sur la qualité de l’imprimé donc il est nécessaire de les éliminer à l’aide d’un produit appelé CORRECTEUR. Ce produit est appliqué sur une plaque sèche car l’eau peut l’entraîner sur le texte, on travaille avec un pinceau à poils fin, une fois les corrections sont terminées on nettoie la plaque à l’eau.

D- GOMMAGE :

Sur une plaque sèche appliquer une mince couche de la gomme arabique avec une éponge sèche. Cette solution protége les zones non imprimantes de l’oxydation de l’air. Une fois la plaque est gommée elle doit être protégée de la lumière.

E- PRECAUTIONS PREALABLES AU REPORT.

  • Il faut que le montage et la dalle du châssis soient exempts de poussière
  • Il faut assurer un contact parfait entre la coche sensible du film et celle de la plaque
  • Ménager une distance suffisante entre la plaque et la source
  • Respecter le temps de pose
  • Réaliser avec soin les opérations du traitement
  • Manipuler avec soin les plaques pour ne pas provoquer des rayures sur la surface
  • Eviter les empreintes des doigts sur la surface sensible.


F- LE HORS CONTACT.

Le hors contact désigne le phénomène résultant d’un manque de contact étroit entre le montage et la plaque, pour une plaque positive il produit une disparition des points très fines ou amincissement des lignes ou de texte.

Comment éviter le hors contact ?

  • Eviter la superposition des deux films aux bords, ils doivent être sur le même plan
  • Eviter une double épaisseur du film
  • S’assurer que le montage est bien propre la poussière provoque un contact insuffisant
  • S’assurer que la plaque est exempte de poussière
  • Ne pas placer le ruban adhésif près de l’image, le ruban doit être mince
  • Le support doit être mince
  • Vérifier la pompe à vide et les raccordements des tuyaux
  • Vérifier le châssis, il peut y avoir un manque de dépression qui empêche d’obtenir un vide suffisant
  • Placer un vieux blanchet d’offset sous la plaque au moment de l’insolation.

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق